Comme les nuages
Parution : 2017
140 pages

Version papier : ISBN 9782890244719 – 20,95 $
Version PDF : ISBN 9782890244726 – 14,99 $
Version ePub : ISBN 9782890244733 – 14,99 $
Feuilleter le livre
Où acheter ce livre?

Comme les nuages

Collection «PLUME»
Ce roman au ton intimiste nous révèle une conteuse dotée d’un sens aigu de l’observation et capable de manier l’émotion avec retenue et pudeur. L’action de Comme les nuages se déroule sur une année; cinq personnages y prennent à tour de rôle le relais de la narration.
 
Élisabeth et Saul attendent leur premier enfant, mais cet enfant tant désiré meurt à la naissance. Élisabeth est inconsolable. Comment continuer à vivre après une si douloureuse perte ? Saul trouve refuge dans le travail et part en tournée en Europe avec son groupe de klezmer. Là-bas, il visitera Auschwitz à la demande de son père qui y a perdu toute sa famille. De son côté, Élisabeth quitte Montréal pour un séjour à Cape Cod où elle renoue avec son passé et se lie d’amitié avec le vieux Théo et Clara, une jeune danseuse qui a dû renoncer à sa carrière en raison d’un accident. Sandrine, une amie de longue date, lui parle de sa vie en Inde et tente de la réconforter.
 
Chacun des cinq personnages de ce roman retrace le chemin qu’il a emprunté pour se réconcilier avec la vie et les autres, malgré la perte d’un être cher, un accident ou des amours perdues. L’amitié et la tendresse qu’ils partagent atténuent leurs chagrins qui s’effilochent peu à peu comme les nuages après l’orage.


« En cette journée de Noël, je te remercie, Sandrine, du cadeau précieux que tu m’as offert en m’envoyant Le Livre tibétain de la vie et de la mort de Sogyal Rinpoché. J’y ai trouvé cette histoire qui a eu sur moi l’effet d’une révélation. Il s’agit d’une femme éplorée dont l’enfant est mort et qui va consulter le Bouddha pour qu’il ramène son petit garçon à la vie. Le sage l’envoie demander un grain de moutarde aux habitants de chaque maison de la ville où il n’y a jamais eu de décès. Après avoir visité toutes les maisons et n’avoir pu ramasser un seul grain de moutarde, elle inhume son fils et lui fait ses derniers adieux, puis retourne voir le Bouddha les mains vides, consciente à présent qu’elle est loin d’être seule à souffrir de la perte d’un être cher. » (extrait)

Échos des médias

« J’aime cette manière de nous pousser tout doucement devant la question la plus importante qu’un homme ou une femme ont à affronter dans la vie. La perte d’un être aimé, la mort qui vient vous souffler dans le cou et qui vous rappelle notre vulnérabilité. Et tout bouge malgré la douleur, la difficulté à reprendre son souffle, l’impression que tous les chemins se referment. La vie ne sait que la vie. (...) Voilà la beauté de ce premier roman de Louise Gaudette qui sait nous prendre la main, nous parler à l’oreille sans jamais nous brusquer. Impossible de ne pas tomber sous le charme. » Yvon Paré, Littérature du Québec

« Dans une langue naturelle et limpide Louise Gaudette nous invite à ce récit tendre, sensible au ton toujours juste et pudique. Une narration à plusieurs voix pour aller au fond des âmes et des parcours personnels : Celles de Saul, d’Élisabeth mais aussi de Sandrine, Clara et Théo qui chacun jouera un rôle dans la résilience d’Élisabeth. » Christiane Dubreuil, Info-culture.biz

«
Dans Comme les nuages, Louise Gaudette nomme l'indicible douleur du deuil périnatal. Le roman (...) multiplie les douces précautions afin, non pas de gommer la détresse, mais plutôt de nimber de lumière la courte vie des enfants qui n'auront connu que l'intérieur du corps de leur mère. Nimber de lumière, aussi, la longue vie qui doit malgré tout continuer pour leurs parents. (...) L'auteure sait bercer les angoisses de ses lecteurs, comme on berce les bébés pour les endormir. » Dominic Tardif, Le Devoir

« C'est finement écrit, doucement raconté et, au final, réconfortant. » Josée Boileau, Le Journal de Montréal

« Ce premier roman, qui transporte le lecteur dans différents lieux et lui fait rencontrer des individus hors norme, est très réussi, Louise Gaudette ayant évité un ton larmoyant ou moralisateur. » Françoise Belu, Nuit blanche


 

Voir aussi

L'Hystérie de l'ange

L'Hystérie de l'ange

Collection «PLUME»
132 pages
Parution : 2005
18,95 $
Hôtel des quatre chemins

Hôtel des quatre chemins

Collection «PLUME»
120 pages
Parution : 2011
19,95 $
Le Porphyre de la rue Dézéry

Le Porphyre de la rue Dézéry

Collection «Littérature»
88 pages
Parution : 1984
7,95 $

Vos commentaires

Il n’y a encore aucun commentaire. Soyez le premier à vous exprimer!

Votre commentaire

Veillez à demeurer respectueux et à rédiger votre commentaire en bon français. Nous nous réservons le droit de modérer les contributions que nous jugerons inappropriées ou non pertinentes.