La Vie pour vrai

Prix et mentions

Prix littéraire « Roman », Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean 2015
Parution : 2014
220 pages

Version papier : ISBN 9782890244207 – 22,95
Version PDF : ISBN 9782890244214 – 16,99
Version ePub : ISBN 9782890244221 – 16,99
Feuilleter le livre
Où acheter ce livre?

La Vie pour vrai

Collection «Plume»

La Vie pour vrai nous plonge dans l’univers et le langage animistes d’une déficiente légère. C’est la voix de Céleste que nous entendons. Son grand cœur et sa franchise nous émeuvent.

Céleste a 38 ans, mais elle n’est pas une femme comme les autres. Elle a gardé sa naïveté d’enfant et se laisse bercer par la beauté des arbres, des oiseaux et des chats. Elle déborde d’imagination et d’humour et s’invente des histoires fabuleuses. Elle rêve aussi de se marier avec son amoureux, une armoire à glace comme dans les romans policiers. Mais l’amour est une chose bien compliquée, pleine d’embûches. Y a-t-elle même droit ?

Céleste est un personnage attachant qui donne son amour sans compter ; elle nous apprend des choses étonnantes sur la vie, l’amour, la solidarité et l’amitié.
 

EXTRAIT
« Je rêve d’aller loin, très loin. Je l’espère très très fort en me berçant sur la galerie. Je regarde bouger les feuilles des arbres. Arbre, c’est un joli mot tout vert, avec des branches et des feuilles autour. Il y a des mots que je n’aime pas. L’autorité dit que je suis déficiente. Il y a une échelle : léger, moyen, profond. J’aurais voulu être un oiseau et voler au-dessus des dinosaures. Eux, ils ont existé pendant 160 millions d’années, cela s’est fait dans la verdure, sans mots, sans espoir. Ils ont été chanceux, personne n’inventait des échelles à leur sujet. »

Échos des médias

« Encore une fois, le lecteur se retrouve dans un milieu peu connu, un univers singulier, mais qui est là avec ses drames, ses intrigues, ses histoires et ses désespoirs. Toujours juste, touchant, beau d’imagination et d’images. On se surprend à aimer cette Céleste de 38 ans qui a su protéger son enfance.
Une œuvre d’une force remarquable, sans faux pas en trente ans. Toujours juste, étonnante, démontrant une empathie pour ceux et celles pour qui le quotidien est un combat de libération. Heureusement, il y a de grandes âmes qui apportent un peu de douceur dans un univers qui serait autrement terriblement cruel. La romancière, encore une fois, se montre attentive à ceux qui n’ont pas de voix dans notre société, ceux que l’on aimerait éviter sur un trottoir quand ils viennent vers vous. Simplement parce qu’ils sont différents, qu’ils vivent autrement, qu’ils disent les choses avec d’autres mots. »
Yvon Paré, La Littérature du Québec

« La Vie pour vrai de Nicole Houde un puissant et bel hommage au droit à la différence. Avec La Vie pour vrai, Nicole Houde, finaliste et lauréate de nombreux prix, dont le Prix des Jeunes Écrivains du Journal de Montréal, le Prix Air Canada, le Prix Molson de l’Académie canadienne-française, le Prix du Gouverneur général, le Prix littéraire Roman du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Prix Hervé-Foulon du livre oublié, nous guide une fois encore avec sensibilité et délicatesse dans le monde de ceux qui vivent la différence. Des personnes que nous choisissons trop souvent d’oublier et que nous préférons « superviser » et regarder avec condescendance. Probablement parce que leur univers, leur réalité qu’ils nous proposent nous obligent à revoir nos codes, nos certitudes et assurances sur cette organisation de la société que nous construisons à notre avantage. Mais des personnes auxquelles Nicole Houde, à travers l’ensemble de son œuvre, rend hommage et pour lesquelles elle réclame le droit à la différence, le droit à une vie pour vrai. »
Christiane Dubreuil - pour en savoir plus : http://info-culture.biz/2014/09/25/la-vie-pour-vrai-de-nicole-houde-un-puissant-et-bel-hommage-au-droit-a-la-difference/#sthash.K09P0UXy.dpuf

« Quel bonheur que d’être invitée à entrer dans l’univers imaginaire, poétique et tellement lucide de Céleste, petite-fille de presque 40 ans. Un voyage du rire aux larmes. Merci, Nicole Houde ! »
Madeleine Ross, Radio-Canada Côte-Nord

« Les impressions et les sentiments tout simples du quotidien nous parviennent à travers l'une des écritures les plus singulières de notre littérature. » Betty Achard, Le Bel Âge
 

Voir aussi

Un trou dans le soleil

Un trou dans le soleil

Collection «Littérature»
176 pages
Parution : 1993
18,95 $
Le Porphyre de la rue Dézéry

Le Porphyre de la rue Dézéry

Collection «Littérature»
88 pages
Parution : 1984
7,95 $
PALAWAN

PALAWAN

Collection «PLUME»
358 pages
Parution : 2017
27,95 $

Vos commentaires

Soumettre votre commentaire
La vie pour vrai
J’ai lu «La Vie pour vrai», le tout récent roman de Nicole Houde, publié à la Pleine lune, dans un avion, à trente-trois mille pieds dans les airs au-dessus de l’Atlantique. Pour Céleste, qui a inventé un cordon ombilical, qui la relie au ciel, on ne peut rêver mieux!

Céleste est une enfant handicapée de 39 ans, dont l’univers est fait de poésie et d’une perspicacité redoutable. Pour avoir nourri une amitié réciproque de plus de trente ans avec Nicole, je sais que Céleste est sa fille.

Si on ne veut pas passer à côté de ce livre, il faut entrer dans l’univers de Céleste délicatement, du bout des yeux et avec un immense respect. J’ai aimé.

Je n’ai pas ri, non, mais souvent souri parce que Céleste a une façon d’appréhender la vie, voire de contourner une certaine réalité, avec une intelligence autre et souvent surprenante, dépaysante. Nous rentrons dans un autre pays, dans un autre univers. J’ai aussi été triste. Pourquoi ce fichu Victor, son amoureux, est-il parti en Gaspésie? Il n’y pouvait rien, mais il aurait pu ménager Céleste. Diantre! Et, il y a cet autre départ, vers l'inconnu, celui de Rita morte dans la trentaine, une mongolienne aux becs baveux qui dessine un fœtus dans une chaise berçante, le bébé à venir de Mado, leur éducatrice. Quelle belle image! Elle m’a rappelé une petite fille rencontrée à Cuba. Sur le malecón, elle avait dessiné, sa maman qui attendait des triplés. Un grand rond, avec trois fœtus, rond soutenu par deux petites jambes et surmonté d’une minuscule tête.

Ce qui m’a le plus séduit, et exaspéré aussi, parce que j’aimerais avoir ce talent, c’est l’inventivité de Céleste, son sens de la poésie. « Je me répands en sourires, au-dedans de moi c’est la fête.» « La joie me traverse de la tête aux pieds et quand Victor me caresse avec ses yeux, ma joie se met à frissonner, puis à venter très fort…» (Page 93) «… l’eau de peine est comme l’eau de mer, un peu salée.» (Page 112) « Je me suis égarée dans le fracas de ma blessure, dans le noir d’un lieu qui ne mérite pas que l’on l’appelle la vie.» (Page 176).

En contrepoint, il y a la pertinence des propos de Céleste. Une extraordinaire acuité vis-à-vis du monde, affirmée de manière faussement naïve. « Rita et moi, nous sommes pour l’indépendance du Québec : lorsqu’on est indépendant, on n’est pas supervisé.» Supervisé, comme elle, par tous les intervenants des centres spécialisés qu’elle fréquente. Quelle belle analogie! Une acuité vis-à-vis de son état, elle est consciente qu’elle est à la fois une grande et une petite personne, ce qui colore de manière singulière sa relation avec son tout jeune neveu. Cette relation, qui nécessite la définition de l’un par rapport à l’autre, m’a beaucoup intéressé par son authenticité, chacun mesurant et respectant l’autre.

Enfin, la relation avec sa sœur, laquelle devient, du fait de la disparition de la mère, son substitut, se révèle une lourde mission impliquant amour et générosité.

Il me faut aussi écrire que j’ai aimé la qualité de l’écriture de Céleste, des phrases courtes, directes, des mots inventés – il arrive à Céleste de «pleuvoir» -; elle use même de mots savants. Toute cette richesse de l’écriture est crédible chez Céleste, parce que celle-ci est une grande lectrice. Elle lit Tolstoï, Anna Karénine.

Nicole vient de nous offrir un livre d’une très grande humanité. Je ne dirai pas un éloge de la différence, car on ne peut pas effectuer un panégyrique de la différence, on ne peut que la constater. Mais l’auteure a livré un texte émouvant, témoignant d’un profond respect de cette différence.

C’est beau, La vie pour vrai.
Gérard Pourcel
2014-12-16 20:58:22
La Vie pour vrai
Les romans de Nicole Houde nous transportent toujours dans des univers où les marginaux de notre société sortent de l'ombre. Ici, c'est à Céleste qu'elle donne la parole. J'ai adoré ce roman.
lectrice
2014-12-04 12:57:09

Votre commentaire

Veillez à demeurer respectueux et à rédiger votre commentaire en bon français. Nous nous réservons le droit de modérer les contributions que nous jugerons inappropriées ou non pertinentes.