Ouvrez quelques cadavres
Parution : 1998
368 pages

Version papier : ISBN 9782890241299 – 26,95 $
Où acheter ce livre?

Ouvrez quelques cadavres

Portrait psychologique d'un président des États-Unis

Collection «Psychanalyse»
Dans cet ouvrage qui soulève des questions primordiales, notamment au niveau de l'exercice des pouvoirs éducatifs, politiques, théoriques et cliniques, Ginette Pelland met en lumière des problèmes qui sont bel et bien présents dans notre réalité.

Ainsi, lorsque Freud affirme que le président Wilson a été un enfant narcissiquement abusé, qui n'a su que répéter lui-même, dans ses rapports avec les autres, les comportements abusifs qu'on lui avait initialement présentés comme modèles formateurs de sa personnalité, il s'attaque au pouvoir absolu accordé, encore aujourd'hui, aux parents en matière de formation et d'éducation des enfants. De tels propos démasquent l'hypocrisie de la conception bien établie, selon laquelle les parents ne sauraient agir que pour le plus grand bien de leurs enfants.

Si le retour sur l'histoire des individus et des peuples est le moindrement susceptible de nous apprendre quelque chose pour améliorer la qualité des rapports humains, il faut prêter l'oreille à ceux qui, tels Freud, John Maynard Keynes, René Major et Alice Miller, ont osé critiquer des comportements dits normaux et moraux en raison de leur seule et constante répétition.

Échos des médias

« Les ouvrages de Ginette Pelland, au delà de leur spécificité psychanalytique, permettent indirectement de comprendre la société et le Québec modernes mieux que bien d'autres qui ont la prétention de le faire directement. »
Robert Saletti, Le Devoir

Voir aussi

Sans danger immédiat ?

Sans danger immédiat ?

L'Avenir de l'humanité sur une planète radioactive

Collection «Société»
688 pages
Parution : 1988
29,95 $
Une forêt pour vivre

Une forêt pour vivre

Collection «Société»
210 pages
Parution : 2001
25,95 $
De même que quelqu'un se tire une balle dans la tête par peur de la mort, je devins coupable à cause de mon sentiment de culpabilité

De même que quelqu'un se tire une balle dans la tête par peur de la mort, je devins coupable à cause de mon sentiment de culpabilité

Collection «Psychanalyse»
306 pages
Parution : 1997
24,95 $

Vos commentaires

Il n’y a encore aucun commentaire. Soyez le premier à vous exprimer!

Votre commentaire

Veillez à demeurer respectueux et à rédiger votre commentaire en bon français. Nous nous réservons le droit de modérer les contributions que nous jugerons inappropriées ou non pertinentes.