Où sont donc les vivants ?
Parution : 1998
312 pages

Version papier : ISBN 9782890241206 – 24,95 $
Relève littéraire 2000
Où acheter ce livre?

Où sont donc les vivants ?

Collection «Littérature»
Dans ce roman, Suzanne Favreau explore l'ambivalence du désir amoureux et brosse un portrait du Montréal d'aujourd'hui et de ses habitants.

Bernard Sauriol, le personnage principal, a dépassé la quarantaine et travaille depuis plus de vingt ans au musée de la Banque de Montréal près de la place d'Armes. Il occupe un agréable appartement dans le Village gai qui fut autrefois le quartier de son enfance, se passionne pour les livres et l'opéra et se hasarde souvent dans les bars, curieux et intrigué, mais toujours en retrait, tel un voyeur au milieu des vivants, comme si quelque chose s'était brisé en lui... Un jour, au hasard d'une de ses longues promenades solitaires qu'il consigne méticuleusement dans un carnet, il rencontre le jeune et impétueux Jocelyn qui l'obligera à faire face aux fantômes de son passé et à prendre le risque de vivre.

Un premier roman remarquable.

Échos des médias

« Ambitieux roman et ample réussite, ce roman nous révèle une romancière hors du commun, dont il faudra retenir le nom. »
Raymond Bertin, Voir

« La richesse du vocabulaire, la sensualité des sonorités, les volutes déliées de ce discours qui s'enroule et se déroule au gré des états d'âme du locuteur manifestent une indéniable maîtrise de l'écriture, une maîtrise que l'on rencontre rarement dans un premier roman, surtout de cette ampleur et qu'il faut saluer ici. »
Blandine Campion, Le Devoir

Voir aussi

L'Enfant de la batture

L'Enfant de la batture

Collection «Littérature»
156 pages
Parution : 1988
12,95 $
Les Figures de la beauté

Les Figures de la beauté

Collection «Traduction»
364 pages
Parution : 2015
29,95 $
La Rose morte

La Rose morte

Collection «Traduction»
294 pages
Parution : 2003
28,95 $

Vos commentaires

Il n’y a encore aucun commentaire. Soyez le premier à vous exprimer!

Votre commentaire

Veillez à demeurer respectueux et à rédiger votre commentaire en bon français. Nous nous réservons le droit de modérer les contributions que nous jugerons inappropriées ou non pertinentes.