Actualité

Marie-Célie Agnant, lauréate du prix Alain-Grandbois de l'Académie des lettres du Québec

L'Académie des lettres du Québec a remis ses différents prix littéraires lors d'une cérémonie qui s'est déroulée à la Maison des écrivains. Le recueil Femmes des terres brûlées, de Marie-Célie Agnant, s'est mérité le prix Alain-Grandbois.

Voici le commentaire des membres du jury, présidé par Monsieur Émile Martel et composé des poètes Martine Audet et Jean-Paul Daoust. 

 
Femmes des terres brûlées, publié aux éditions de la Pleine Lune.

 
Voici un livre profondément humain, qui prend la parole avec un ton juste et urgent en dénonçant avec puissance le silence entourant toutes ces femmes violées, torturées; un livre qui insiste pour croire en l’amour, en la passion; un livre qui accompagne aussi les hommes, esclaves de la récolte de la canne à sucre. C’est un engagement au cœur de la souffrance du monde, et partout dans le monde alors que le décor premier est Haïti. 

Comment ne pas être hanté par cette « rive où chemine la veuve oubliée dans ses habits de veuve »?
 
Parsemée de débris, de tourmente, de désolation et de catastrophes naturelles et humaines, c’est une poésie qui interpelle, qui questionne, qui émeut. Un livre qui cherche à secouer les cendres et à faire place à la lumière de la parole. 

Un vocabulaire luxuriant, aux dimensions épiques, avec une humanité ample, dans un univers dévasté; cela rappelle souvent Saint-John-Perse. 

Toutes les actualités