Actualité

Inauguration de la bibliothèque Nicole-Houde à Saint-Fulgence


Discours prononcé par Marie-Madeleine Raoult lors de l'inauguration de la Bibliothèque Nicole-Houde, le samedi 1er octobre 2016

« En traversant le parc jeudi, je me suis rappelé avec émotion notre dernier voyage ensemble, Nicole et moi, pour venir assister au Salon du livre du Saguenay l’année dernière. Un même soleil éclatant sur la route. J’avais l’impression de la sentir à mes côtés et je l’entendais à nouveau s’extasier devant la couleur rousse des mélèzes. C’était son arbre préféré.

« Nicole Houde était très attachée à son coin de pays. Elle l’a rendu vivant et sensible dans plusieurs de ses romans, où l'on retrouve de nombreuses évocations du fjord majestueux, de ses falaises abruptes, des longues battures et de la flèche littorale. Endroit presque mythique pour elle. Ses personnages, plus grands que nature, sont imprégnés de la démesure du territoire. Ils portent en eux un élan de vivre et toute la beauté indomptable du fjord, comme une marque indélébile de leur identité et de leur insoumission envers et contre tout, telle Laetitia dans La Maison du remous. Ce sont parfois aussi des titans aux pieds d’argile, comme Victor dans Je pense à toi.  Ou des petites gens, esseulés dans Montréal, comme Estelle et Maurice dans Les Oiseaux de Saint-John Perse, roman qui a valu à Nicole Houde le prix du Gouverneur général en 1995. Des êtres marginaux qui refusent de se résigner et persistent à croire en leur part de bonheur. Nicole Houde a eu cette force et cette grâce de donner une écriture à la compassion, une voix à ceux qu’on ne veut pas entendre. Une voix lucide et authentique, d’une portée universelle, pour bercer les douleurs des oubliés. Une voix rebelle qui pourfend l’hypocrisie des normes et des bien-pensants.

« En tant qu’éditrice des Éditions de la Pleine Lune, j’ai eu le grand privilège de l’accompagner depuis la parution en 1983 de son premier livre La Malentendue. Une amitié indéfectible, comme nous nous plaisions à le dire. Nous avons partagé ensemble des moments de bonheur au pays houdien. Des moments éblouissants, que je retrouve intactes en relisant ses livres. Je la remercie de m’avoir accordé sa confiance et de m’avoir permis d’entrer dans son royaume.

Nicole Houde vivait au pays des mots, c’était son royaume. Sa vie ne se sépare pas de l’écriture. Cétait son « vrai lieu ». Écrivant, raturant, recommençant et recommençant encore, travailleuse acharnée, inlassable, chaque jour à sa table. Et c’étaient des perles qu’elle nous livrait sous sa plume. Sa phrase possède un rythme et un souffle vibrants. Ses métaphores sont saisissantes. Comme si ses mots s’enveloppaient de chair. Elle se battait avec les mots, les voulait fracassants. Une parole vive, audacieuse, sans compromis, entière. Une œuvre romanesque qui transcende le temps et l’espace.

« Nicole Houde serait très fière de cette reconnaissance et de cet honneur que lui rend son village natal. Je tiens, pour ma part, à féliciter la municipalité de Saint-Fulgence et son maire monsieur Gilbert Simard de cet hommage à une grande écrivaine qui sera toujours vivante parmi nous à travers les livres qu'elle nous a laissés. Je suis certaine qu’elle accueillera avec bienveillance tous ceux et celles qui fréquenteront la bibliothèque qui porte désormais son nom, car elle était aussi une lectrice insatiable. Elle dévorait les livres et les commentait avec flamme. Ici, dans ce lieu rempli de livres, elle est chez elle, en bonne compagnie. Dans sa vraie maison. »

 

Toutes les actualités