Jérôme Élie
Photo : Josée Lambert

Jérôme Élie

Les romans de Jérôme Élie nous entraînent dans un univers à la fois fabuleux et fantastique, un monde des limites où tout n'est que vertige et illusion, au-delà de l'apparente vérité.

Dès son premier livre, paru en 1994 sous le titre audacieux de Dieu en personne, la critique n'a pas manqué de saluer le grand talent de Jérôme Élie :« œuvre originale, fascinante », écrivait Réginald Martel dans La Presse. Jacques Allard ajoutait dans Le Devoir : « Jérôme Élie impressionne par la hauteur de son ambition. »
En 1996, lors de la parution de La Morte du pont de Varole, Réginald Martel déclarait : « Jérôme Élie nous monte un bateau dont la figure de proue a l'inquiétante beauté du diable. »

«  L'Homme qui pesait plus lourd nu qu'habillé, [paru en 1999] serait donc également un roman carnavalesque, une farce au second degré où surgit de loin en loin une critique acerbe du monde contemporain, où sont moqués la publicité et ces personnages publics, si friands des micros et des caméras. […...] C'est une superbe interrogation de notre rapport à la connaissance, à la réalité », écrivait Robert Chartrand dans Le Devoir.

Oeuvres parues à la pleine lune

POPPY

POPPY

Collection «PLUME»
68 pages
Parution : 2015
17,95 $
L'Oubli après nous

L'Oubli après nous

Collection «PLUME»
128 pages
Parution : 2010
19,95 $
L'Estrange dans sa nuit

L'Estrange dans sa nuit

Collection «PLUME»
96 pages
Parution : 2005
16,95 $
L'Homme qui pesait plus lourd nu qu'habillé

L'Homme qui pesait plus lourd nu qu'habillé

Collection «Littérature»
138 pages
Parution : 1999
18,95 $
La Morte du pont de Varole

La Morte du pont de Varole

Collection «Littérature»
140 pages
Parution : 1996
18,95 $
Dieu en personne

Dieu en personne

Collection «Littérature»
160 pages
Parution : 1994
19,95 $

Vos commentaires

Il n’y a encore aucun commentaire. Soyez le premier à vous exprimer!

Votre commentaire

Veillez à demeurer respectueux et à rédiger votre commentaire en bon français. Nous nous réservons le droit de modérer les contributions que nous jugerons inappropriées ou non pertinentes.