Jeanne-Mance Delisle
Photo : Yves Richard

Prix et mentions

Prix du Gouverneur général 1987
Grand Prix du Journal de Montréal 1991

Jeanne-Mance Delisle

Pénétrer dans l'univers de Jeanne-Mance Delisle, romancière et dramaturge, c'est plonger dans le monde secret et obscur de l'âme humaine, là où le désir est toujours rebelle et l'érotisme, irrévérencieux.

« Voici un auteur, une femme, en face de qui le respect et l'humilité sont instantanés, qui nous glace d'horreur et nous baigne de chaleur tout à la fois », écrivait Olivier Reichenbach à son sujet.

Jeanne-Mance Delisle est née à Barraute en Abitibi ; elle vit actuellement dans la région de Rouyn. Elle obtenait en 1987 le Prix du Gouverneur général pour sa pièce de théâtre Un oiseau vivant dans la gueule.

Elle est également l'auteur de la pièce Un « reel » ben beau, ben triste, créée en 1980 et considérée aujourd'hui comme un classique de la dramaturgie québécoise. Le Grand Prix de la prose du Journal de Montréal lui a été décerné en 1991 pour son livre Nouvelles d'Abitibi.

Oeuvres parues à la pleine lune

Et l'or tomba dans le quartz du Nord

Et l'or tomba dans le quartz du Nord

Tome 1

Collection «PLUME»
122 pages
Parution : 2002
17,95 $
Nouvelles d'Abitibi

Nouvelles d'Abitibi

Collection «Littérature»
178 pages
Parution : 1998
19,95 $
La Bête rouge

La Bête rouge

Collection «Littérature»
216 pages
Parution : 1996
19,95 $
Un « reel » ben beau, ben triste

Un « reel » ben beau, ben triste

Collection «Théâtre»
158 pages
Parution : 1994
19,95 $
Un oiseau vivant dans la gueule

Un oiseau vivant dans la gueule

Collection «Théâtre»
132 pages
Parution : 1987
12,95 $
Ses cheveux comme le soir et sa robe écarlate

Ses cheveux comme le soir et sa robe écarlate

Collection «Littérature»
164 pages
Parution : 1983
8,95 $

Vos commentaires

Il n’y a encore aucun commentaire. Soyez le premier à vous exprimer!

Votre commentaire

Veillez à demeurer respectueux et à rédiger votre commentaire en bon français. Nous nous réservons le droit de modérer les contributions que nous jugerons inappropriées ou non pertinentes.